Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

19 avril 2017

PASSATION DES POUVOIRS DU CITL À L’ARTM ET AU RTM

Les élus de Mirabel sont fiers d’avoir contribué à bâtir une organisation efficace, en plein contrôle de ses moyens et des coûts.   

Alors qu’approche à grands pas la date à laquelle le Conseil intermunicipal de transport Laurentides (CITL) passera le pouvoir aux nouvelles autorités que sont l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et le Réseau métropolitain de transport (RTM), la Ville de Mirabel est extrêmement fière d’avoir contribué à bâtir un système de transport collectif et adapté qui soit souple et efficace, et du legs de qualité qu’elle laisse : une organisation vigoureuse, en plein contrôle de ses moyens et de ses coûts.

Genèse d’un succès
En 2004, en s’unissant afin de créer une toute nouvelle structure de transport en commun desservant 15 municipalités des Basses-Laurentides, la Ville de Mirabel et ses partenaires empruntaient un chemin encore non défriché au Québec, et représentant un défi de taille : celui d’organiser, sur un territoire deux fois plus vaste que l’île de Montréal, un service de transport collectif qui soit à la fois adapté aux besoins de mobilité des différentes clientèles et en mesure aux impératifs suscités par la croissance démographique et économique de la région. « Nous pouvons, sans l’ombre d’un doute, affirmer que le défi a été relevé haut la main! Mieux encore, nous avons relevé celui d’allier efficience et contrôle serré des coûts, dans le respect de la capacité de payer des usagers et des contribuables», de dire le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard. 

Une croissance spectaculaire
Alors qu’à sa création, le CITL assurait quelque 3 millions de déplacements annuellement, le taux d’achalandage a crû de façon spectaculaire, pour s’établir aujourd’hui à plus de 6,2 millions de déplacements par an pour le transport régulier et à quelque 211 000 pour le transport adapté. Une croissance qui positionne l’organisation parmi les autorités organisatrices de transport collectif les plus performantes qui soient au Québec. « Ce succès repose sur la délivrance de services reflétant une parfaite connaissance du terrain, sur notre capacité de prendre des décisions rapidement et efficacement, sur l’étroit lien de proximité entretenu avec la clientèle et sur le lien d’imputabilité que nous, les élus, entretenons avec nos citoyens», d’ajouter M. Bouchard.

Si, d’emblée, les élus de Mirabel reconnaissent que le transport collectif doit être planifié et structuré de façon optimale  à l’échelle métropolitaine, ils déplorent toutefois la perte de cette proximité et de ce pouvoir décisionnel qui ont été les éléments clés de la réussite du CITL. «Nous avions la maîtrise du développement et de l’exploitation de notre réseau, ce qui implique que nous avions également le contrôle sur les coûts qui y sont associés. Ce pouvoir décisionnel se retrouvera désormais considérablement dilué au sein des nouvelles structures. Cependant, nous allons demeurer vigilants et questionner toute décision qui nous semblera contraire aux intérêts de nos concitoyens», précise le maire, qui ajoute en outre que tous les efforts seront mis pour s’assurer que les besoins des différentes clientèles soient pris en compte, notamment ceux touchant les aînés et les personnes à mobilité réduite, dont la demande en service croît d’année en année.  À lui seul, ce secteur aura  en effet connu une hausse de 23 % du nombre de nouvelles personnes admises ces cinq dernières années.

Fière d’avoir contribué au développement social et économique de la région
En tant que partenaire profondément impliqué, la Ville de Mirabel est également fière de l’apport significatif du CITL à l’essor et à la vitalité de la collectivité. D’abord par une offre de services de proximité qui répondent précisément aux besoins évolutifs de toutes les clientèles, aînées, étudiantes et salariées, personnes à mobilité réduite, et par la défense de dossiers majeurs pour l’avenir de toute la région. « Nous connaissons le terrain et avons su développer le réseau en fonction de refléter sa réalité. Si bien qu’aujourd’hui, 73 % des déplacements se font à l’intérieur même du territoire. De même, nous avons travaillé avec acharnement à faire évoluer des dossiers cruciaux pour le développement économique et social de notre région, dont l’aménagement de voies réservées au transport collectif sur les axes autoroutiers 13, 15  et 19.  De façon encore plus soutenue, Mirabel a été - et demeure - le fer de lance d’une campagne  active en faveur du prolongement de l'A13 et de l’implantation d’une gare de train de banlieue dans le secteur de Saint-Janvier», poursuit Jean Bouchard. 

Les élus de Mirabel estiment enfin que la nouvelle gouvernance aura de nombreux enjeux sur lesquels se pencher, afin de combler les besoins en mobilité des prochaines décennies.  « Nous espérons que l’ensemble de l’héritage de qualité que nous léguons, y compris la saine santé financière que nous avons su maintenir au sein du CITL, sera respecté et traité avec autant d’attention que nous y avons porté ces 13 dernières années pour le bénéfice des usagers et de nos contribuables  », concluent-ils.