Imprimés publicitaires

Depuis le 1er octobre 2019, les imprimés publicitaires (comme le Publisac) ne sont plus distribués de façon systématique à Mirabel. La Ville pose ainsi un geste concret pour l'environnement, en offrant le choix aux citoyens de les recevoir ou non.


La Ville de Mirabel est fière de poser un geste précurseur en matière environnementale, qui permettra de diminuer significativement le gaspillage de papier et l’enfouissement de déchets. En fait, la Ville a adopté un règlement selon lequel les imprimés publicitaires ne seront plus distribués aux citoyens de façon systématique, mais seulement à ceux qui souhaitent les recevoir sur une base volontaire, et ce, depuis le 1er octobre 2019.

etiquettes.jpg (387 KB)

Ainsi, la Ville a inclus, dans le bulletin municipal du 18 septembre, deux modèles d’étiquettes adhérentes (ci-haut). Ces étiquettes seront aussi disponibles à la réception de l’hôtel de ville ainsi que dans les bibliothèques de la Ville. Pour que tout se déroule dans l’ordre, selon ce que vous souhaitez, nous vous invitons à suivre précisément les directives ci-dessous, sur la façon d’utiliser ces pictogrammes.

JE NE VEUX PAS RECEVOIR D'IMPRIMÉS PUBLICITAIRES* JE VEUX RECEVOIR DES IMPRIMÉS PUBLICITAIRES

À la maison

(sur ma porte ou ma boîte aux lettres)

→ Je n’ai aucune étiquette à apposer.

(Le règlement interdit la distribution à tous ceux qui n’ont pas apposé l’étiquette verte OUI aux imprimés publicitaires).

À la maison

(sur ma porte ou ma boîte aux lettres)

→ J'appose l'étiquette verte (OUI aux imprimés publicitaires) sur ma porte d'entrée, assez près de la poignée, ou sur ma boîte aux lettres, de façon à ce qu'elle soit bien visible, même quand ma boîte aux lettres est fermée.

B.jpg (2.26 MB)

A.jpg (546 KB)

Dans le courrier de Postes Canada

Logo_Postes_Canada.jpg (2.03 MB)

(si j'ai une case postale ou une boîte aux lettres au bord du chemin)

→ J'appose l’étiquette rouge
(NON aux imprimés publicitaires) à l’intérieur de ma case postale de Postes Canada, là où est déposé le courrier, ou à l'intérieur de ma boîte aux lettres, sur le rebord de la porte ouverte.

boite.jpg (143 KB)

 

C.jpg (1.56 MB)

Dans le courrier de Postes Canada

Logo_Postes_Canada.jpg (2.03 MB)

(si j'ai une case postale ou une boîte aux lettres au bord du chemin)

→ Je n'ai aucune étiquette à apposer.

Qu’en est-il des journaux locaux ?
Le règlement de la Ville de Mirabel vise uniquement les imprimés publicitaires, et non les journaux, qui ont un contenu informatif, et non publicitaire. Ainsi, les distributeurs de journaux locaux sont libres de continuer à livrer leur journal aux domiciles des citoyens, ou encore dans les cases postales, par le biais de Postes Canada. Par ailleurs, si des journaux font le choix d’utiliser ou de continuer à utiliser le Publisac comme mode de distribution, seuls les citoyens qui indiquent vouloir recevoir des imprimés publicitaires les recevront.

Montréal est en réflexion depuis un moment pour aller de l’avant avec une approche du même type, c’est-à-dire volontaire plutôt que systématique, mais Mirabel est la toute première ville du Québec à vouloir s’assurer que seuls les résidents qui en manifestent le désir reçoivent des imprimés publicitaires. Mirabel se positionne ainsi comme un leader en gestion des matières résiduelles, et démontre sa conscience face aux enjeux environnementaux avec lesquels les collectivités sont plus que jamais appelées à composer.

Si vous avez des questions sur la façon de faire, vous pouvez communiquer avec la Ville de Mirabel, au (450) 475-8653, ou à l’adresse communications@ville.mirabel.qc.ca.

*à noter : les imprimés publicitaires comme le Publisac, qui sont livrés à domicile par des distributeurs ou commerçants, sont assujettis d’emblée par le règlement de la Ville. Par ailleurs, d’autres imprimés publicitaires sont distribués directement par Postes Canada, si les commerçants ont investi en ce sens. Pour la Ville, il est impossible de réglementer ce qui est distribué directement par Postes Canada. Toutefois, Postes Canada a indiqué qu’ils collaboreront autant que possible si des résidents apposent l’étiquette « NON aux imprimés publicitaires » dans leur case postale.

Sur le même sujet

  • La Ville de Mirabel dénonce la conduite inacceptable de Transcontinental (3 octobre 2019)

    La Ville de Mirabel dénonce vigoureusement la façon de faire de l’entreprise Transcontinental, qui s’est tout simplement arrogé le pouvoir de ne pas respecter la loi en enfreignant le règlement municipal sur les imprimés publicitaires, entré en vigueur ce mardi 1er octobre.

    « Nous déplorons le manque d’éthique et l’incivilité de Transcontinental qui, peu importe son opinion sur le règlement en question, n’est pas au-dessus des lois », d’indiquer le maire. « Non seulement l’entreprise démontre un manque de respect envers les autorités, mais elle manque également de respect envers les citoyens, qui ont exprimé un fort appui à ce règlement, et qui s’attendaient à ne pas recevoir d’imprimés publicitaires s’ils avaient suivi les directives en ce sens », ajoute-t-il.

    Pour la Ville de Mirabel, si Transcontinental a amorcé des recours légaux visant à faire rejeter ce règlement, cela ne l’autorise en rien à faire abstraction des règles de droit qui s’appliquent, aucun jugement n’ayant été rendu dans ce dossier. Pourtant, l’entreprise aurait demandé à ses camelots de ne pas tenir compte du règlement adopté. La Ville considère qu’il s’agit-là d’un comportement corporatif inadmissible et irresponsable de les mettre dans cette délicate position, les exposant à des sanctions.

    La Ville de Mirabel tient à rappeler que son règlement ne prive aucun citoyen de recevoir des imprimés publicitaires, incluant le Publisac. Ceux qui souhaitent recevoir de la publicité n’ont qu’à apposer un autocollant en conséquence, et ils ont été largement informés en ce sens. De ce fait, aucun citoyen n’est privé non plus de recevoir les journaux locaux qui font le choix, dans leur modèle d’affaires, d’une distribution par le biais du Publisac.

    La Ville rappelle également que le règlement, dans son essence même, vise strictement les imprimés publicitaires, et non les documents informatifs, comme les bulletins municipaux ou les journaux.

    Alors que l’environnement est un enjeu central au cœur de l’actualité dans le monde entier, la Ville de Mirabel est très fière d’être à l’avant-garde, par cette mesure écoresponsable, visant à éviter des tonnes d’enfouissement et de gaspillage de papier.

  • Le Mirabel vous informe n'est pas un journal (2 octobre 2019)

    Le Mirabel vous informe est-il un journal? Non. En fait, ce que les Mirabellois reçoivent à la maison est un bulletin municipal : celui que la Ville de Mirabel est fière de produire à l’intention de ses citoyens.

    Ainsi, qu’il s’agisse de prévention contre les incendies, de rappels au sujet des règlements municipaux, de promotion d’activités sociales, culturelles ou sportives, de conseils en matière de sécurité ou d’environnement, ou encore de mise en valeur d’initiatives locales, de performances d’athlètes ou d’entrepreneurs locaux, l’ensemble du contenu de ce bulletin est le fruit d’une collaboration entre les divers services de la Municipalité et son équipe de communications, dont le mandat est d’informer la population de façon optimale, par différents moyens.

    Favoriser des liens tissés serrés, nourrir le sentiment d’appartenance et de fierté, faire savoir aux citoyens ce qui se passe dans leur ville et leur permettre d’y participer, voilà ce à quoi aspirent ceux qui travaillent diligemment à la préparation de ce bulletin, que la population dit apprécier.

    En fait, selon un sondage effectué en 2017, le Mirabel vous informe est, et de loin, l’outil de communication le plus apprécié produit par la Ville. Plus de 80 % de la population le consulte de façon régulière et en ont une appréciation qualifiée de « plutôt bonne », ou de « très bonne ». Sa pertinence est d’autant plus marquée qu’une proportion non négligeable de résidents de Mirabel, en milieux ruraux, n’ont toujours pas d’accès à Internet haute vitesse pour s’informer.

    Favoriser l’accès à l’information et la participation à la vie démocratique
    C’est d’ailleurs dans le but même de favoriser un meilleur accès à l’information que ce bulletin a vu le jour. En fait, les avis publics ne se rendaient pas, auparavant, dans tous les secteurs de notre vaste territoire, même si la Ville les faisait paraître dans plusieurs journaux, à grands frais. Grâce au présent bulletin municipal, l’ensemble des citoyens ont accès aux avis publics en format papier, ce qui n’est plus le cas dans plusieurs municipalités.

    Le Mirabel vous informe favorise donc une participation active à la vie démocratique, d’autant plus qu’il permet à l’administration d’inviter les citoyens, par exemple, à des séances de consultation sur des dossiers particuliers, dont ils n’auraient possiblement jamais entendu parler.

    Ce bulletin est aussi devenu un allié incontournable et un porte-voix précieux pour de multiples organismes sociaux, communautaires, culturels ou sportifs de la collectivité mirabelloise, puisqu’il leur permet de faire connaître leurs activités, de survivre et de continuer à rassembler.

    Journal ou bulletin municipal, quelle différence ?
    La teneur autant que la vocation du Mirabel vous informe sont de nature informative. Par ailleurs, la Ville n’a pas le mandat d’y introduire le même type de diversité d’opinions que l’on retrouve dans les journaux, puisqu’il s’agit justement d’un bulletin municipal, et non d’un journal.

    Toutefois, il importe de noter que par souci de professionnalisme et d’impartialité, c’est la Direction générale et celle des communications qui déterminent ce que contient le bulletin. Les élus ne sont appelés ni à choisir, ni à commenter, ni à approuver son contenu.

    Bien sûr, le Mirabel vous informe partage les bons coups ou les nouvelles qui ont un impact sur les citoyens et dont on peut se réjouir, qu’il s’agisse d’investissements gouvernementaux, d’implantation d’entreprises ou de nouveaux services offerts, par exemple. S’il s’agit là de dossiers qui peuvent eux-mêmes être qualifiés de « politiques » sur le fond, le bulletin n’a aucune prétention politique, au contraire. Ces enjeux sont abordés dans la simple optique de tenir les gens au courant des dossiers d’actualité susceptibles de les toucher.

    En résumé, si le Mirabel vous informe n’est pas un journal, mais bien un bulletin municipal, la Ville est non moins déterminée à travailler à ce qu’il soit utile à sa population et à ce que la population continue de l’apprécier.

  • La Ville de Mirabel reconnait pleinement l'importance des journaux locaux (23 septembre)

    Dans la foulée de la campagne intitulée « Je soutiens mon journal local », la Ville de Mirabel tient à affirmer qu’elle reconnait l’importance et l’utilité des journaux locaux, tout en apportant des précisions nécessaires au sujet de son règlement sur les imprimés publicitaires.

    D’abord, la Ville est fière de poser un geste concret et significatif pour l’environnement, par son règlement selon lequel, à compter du 1er octobre, seuls les citoyens qui en manifestent le désir recevront des imprimés publicitaires à leur foyer. À ce sujet, il importe de réaffirmer que ce règlement ne vise aucunement les journaux locaux, ou les documents à caractère informatif. Il cible seulement la publicité. Ainsi, la Ville déplore vivement le lien erroné et injustifié que se permettent certains individus entre le règlement adopté et une volonté de la Ville de nuire de quelque façon que ce soit à la libre circulation de la presse locale.

    « Notre Ville n’a aucune raison de s’inscrire en faux contre les journaux locaux, d’autant plus qu’ils publient de façon très régulière les communiqués de Mirabel! », d’indiquer le maire Jean Bouchard. « La circulation de l’information et la diversité des points de vue est très importante dans notre société, et si j’avais été invité, comme l’ont été mes collègues, à l’affirmer dans le cadre de la présente campagne, je l’aurais fait sans hésiter », ajoute-t-il. Il rappelle que c’est la raison pour laquelle sont exclus du nouveau règlement les documents d’information comme les journaux, les hebdos ou le bulletin municipal.

    Ainsi, tous les journaux ou bulletins qui font le choix d’une distribution indépendante de type porte à porte, ou d’une distribution par le biais de par Postes Canada, continueront à être reçus d’emblée par tous les citoyens. Ces derniers pourront aussi continuer à recevoir les journaux locaux qui, dans leur modèle d’affaires, optent pour le Publisac comme mode de distribution, en apposant simplement leur autocollant en conséquence. La population a d’ailleurs été diligemment informée en ce sens.

    « On n’enlève rien à personne! On veut purement et simplement s’assurer que les citoyens qui reçoivent de la publicité à leur porte sont ceux qui souhaitent en recevoir », de rappeler le maire Bouchard. Des centaines de citoyens de Mirabel et d’autres municipalités, des groupes environnementaux, des établissements d’enseignement et des journaux locaux numériques indépendants ont d’ailleurs exprimé ces derniers jours un appui fort à cette mesure écoresponsable, et saluent son caractère précurseur. Plusieurs citoyens se réjouissent aussi parce qu’ils continuaient de recevoir le Publisac, malgré qu’ils aient apposé l’autocollant du distributeur pour signifier qu’ils n’en voulaient pas.

    Il existe un large consensus, à l’heure actuelle, sur la nécessité de poser des gestes concrets en matière environnementale. Ce règlement, qui permettra d’éviter des tonnes de gaspillage de papier, d’enfouissement de sacs de plastique et de papier non recyclable, en est un de taille. La Ville de Mirabel est fière d’être la première au Québec à adopter l’approche volontaire plutôt que systématique pour la distribution d’imprimés publicitaires, alors que plusieurs, comme Montréal, y songent depuis un bon moment.

Renseignements

450 475-8653; communications@ville.mirabel.qc.ca